L'ACTU TCHEEN

Séminaire éco-responsable : les 5 erreurs à ne pas faire

L’organisation d’un séminaire peut peser énormément dans le bilan carbone d’une entreprise, mais aussi dans l’image qu’elle renvoie à ses collaborateurs, clients et investisseurs. En fonction des choix que vous réaliserez, cet impact pourra varier d’un facteur 10, comme nous l’explique cet exemple concret de Shine.

 

Dans ce contexte, la moindre erreur peut se révéler critique, avec deux risques principaux : un bilan carbone beaucoup plus élevé que prévu, et des accusations de greenwashing. Nous avons cependant une bonne nouvelle : avec cet article listant 5 erreurs à ne surtout pas faire pour l’organisation de votre séminaire éco-responsable, vous n’aurez pas besoin d’être un expert de l’écologie pour organiser un évènement à la hauteur de vos ambitions ! C’est parti 👉

 

Tout miser sur l’évènement

Ici, une petite définition du greenwashing s’impose : le greenwashing, c’est “l’utilisation fallacieuse d'arguments faisant état de bonnes pratiques écologiques dans des opérations de marketing ou de communication” (définition Larousse).

 

En clair, c’est revendiquer un engagement écologique lorsqu’il n’y en a, au fond, pas vraiment.

Évidemment, organiser un séminaire éco-responsable est une excellente initiative, même indépendamment des autres actions menées dans votre entreprise. Cependant, si vous prévoyez de communiquer sur l’aspect éco-responsable de votre séminaire (en interne comme en externe), vous vous exposez à certaines accusations de greenwashing si ce séminaire est un évènement isolé d’une stratégie d’engagement plus complète.

 

Pour limiter ce risque, vous pouvez par exemple profiter du séminaire pour lancer une action d’engagement de vos collaborateurs (par exemple avec Eli, la plateforme de mobilisation RSE), ou communiquer sur les différents axes de votre stratégie RSE annuelle lors de l’évènement.

 

Être trop loin d’une gare

Bon, ici, on considère que l’idée d’organiser votre séminaire éco-responsable à l’autre bout du monde avec trajet en jet privé inclus ne vous a pas traversé la tête.

Cela étant dit, ce magnifique chalet perdu dans les Cévennes vous tente énormément. Je comprends. Les Cévennes, c’est sympa.

 

Mais attention ! Si le lieu de votre séminaire n’est pas suffisamment proche d’une gare (moins de 2 km), vous obligerez les participants à choisir entre deux options :

  • Se rendre au séminaire en voiture (émettant en France 34 fois plus que le TGV, selon l’ADEME)

  • Parcourir les derniers kilomètres en voiture (location, taxi ou Uber), multipliant au moins par 2 l’empreinte carbone de leur trajet (pour 500 km parcourus en TGV et 15 km parcourus en voiture)

 

Il y a donc très peu de marge de manœuvre : si vos collaborateurs ne peuvent pas faire le trajet entre une gare et le lieu du séminaire par un moyen de mobilité décarboné (marche, trottinette, vélo, pédalo,…), l’empreinte carbone de leur trajet sera immédiatement multipliée par un facteur de 2 à 34 !

 

Ne pas inclure de menus végétariens

Rappelons rapidement les chiffres : en moyenne, l’empreinte carbone d’un repas contenant du bœuf est 14 fois plus haute que celle d’un repas végétarien. Cet ordre de grandeur est valable même dans le cas d’une viande locale : l’empreinte carbone d’une viande rouge provenant de l’autre bout du monde ne sera que 5 % supérieur à celle de la ferme voisine.

 

Il est donc essentiel de ne pas manquer l’opportunité de satisfaire ceux qui voudront éviter de consommer de la viande : quelles que soient les convictions qui les poussent à faire ce choix, ces personnes sont les premiers acteurs de votre stratégie d’impact, et elles seront certainement très critique sur votre séminaire si cette erreur est commise.

 

L’idéal ici reste de faire appel à un traiteur en capacité de fournir une carte 100 % végé, et de profiter de votre séminaire éco-responsable pour faire découvrir des plats délicieux et innovants à vos collaborateurs !

Inspirations

Omettre certains détails

Nous l’évoquions en introduction : en matière d’écologie, le diable se cache dans les détails !

Et au-delà d’un strict calcul de bilan carbone, l’écologie consiste souvent en une recherche du “mieux”. Cette recherche du mieux doit intervenir dans chaque décision prise : recherche de goodies, choix d’activités,…

 

Pour vous aider, vous pouvez vous poser trois questions :

  • Quel est l’objectif précis que cet élément de mon séminaire éco-responsable permet d’atteindre ? (récompenser les collaborateurs, créer du lien,…)

  • Quelles solutions alternatives me permettent d’atteindre cet objectif de manière plus responsable ?

  • Ai-je vérifié que ma solution alternative est factuellement plus responsable que ma solution initiale ?

 

Avec la première question, vous vérifierez que l’élément en question est nécessaire (pour plus de sobriété). Avec la seconde, vous vérifierez que la recherche du “mieux” a bien été faite. Et avec la troisième, vous vérifierez que vous ne tombez pas dans l’un des pièges tendus par vos convictions !

 

Mal choisir ses prestataires

Ici, chez Tcheen, le sujet nous parle tout particulièrement : nous avons mis tous nos efforts dans la sélection de près de 1 000 prestataires responsables pour l’organisation de vos séminaires.

Si vos prestataires n’ont pas une “fibre écologique” au cœur de leur activité, il sera très difficile de les emmener dans cette direction : pour chacune des prestations que vous choisirez, une expertise entière du secteur d’activité de votre prestataire serait nécessaire pour définir un cahier des charges adapté.

 

Deux options s’offrent donc à vous :

  • Questionner finement les démarches RSE de votre prestataire, pour comprendre sa légitimité à se revendiquer éco-responsable : a-t-il fait un bilan carbone ? Des ACV de ses produits / services ? A-t-il un plan de réduction de ses émissions ? Peut-il justifier d’une formation ou d’une expertise sur le sujet ?

  • Faire confiance à un seul prestataire plutôt qu’à une multiplicité, en passant par une plateforme comme Tcheen

 

Pour conclure, l’organisation d’un séminaire éco-responsable n’est pas un projet insurmontable : c’est une contrainte supplémentaire, mais les solutions sont de plus en plus nombreuses pour vous protéger d’un pas de travers. Si vous avez les ressources nécessaires, l’idéal reste de réaliser un bilan carbone prévisionnel en amont de votre séminaire afin d’identifier les facteurs d’émission qui pèseront le plus dans la balance, tout en gardant bien en tête que les autres sujets du développement durable y seront mal représentés (biodiversité, gestion de l’eau, aspects sociaux,…).

Enfin, faites des choix en accord à vos convictions : si vous êtes guidé par une intention sincère de faire les choses bien, et suffisamment ouvert et curieux pour enrichir sans cesse votre connaissance du sujet, vous trouverez le chemin pour rendre votre séminaire et votre entreprise plus durable !

Partagez

Ne ratez rien !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Suivez-nous

OPÉRATION VALIDÉE !

Votre inscription a bien été prise en compte

ENVIE DE DÉCOUVRIR NOS PÉPITES FESTIVES ?

5 % offerts en vous inscrivant à notre newsletter !

Recevez notre newsletter pour découvrir nos pépites festives !

Promis on ne vous spamera pas !