Nos prestataires
OPÉRATION VALIDÉE !

POUR VOTRE INFORMATION...

OUPS, IL Y A UNE ERREUR !

ATTENTION !

bon a savoir

Les goodies sont-ils un mal nécessaire pour une communication réussie ?

Ecrit le 6 janv. 2021 par Esther

Souvent assimilés à des gadgets ou des babioles, les goodies distribués par les entreprises pâtissent d'une perception négative. Pourtant, ce sont de puissants objets de communication ou de marketing qui restent très utilisés par les marques. Alors, dans un contexte où l'enjeu environnemental jouit d'une place de plus en plus important, comment (re)penser les goodies ?

 

les goodies sont-ils un mal nécessaire

 

L'intérêt des goodies dans la stratégie de communication et de marketing d'une entreprise

« Goodies ». Cet anglicisme désigne un « petit cadeau » est au cœur de l'univers des entreprises qui l'utilisent abondamment dans leurs stratégies de marketing et de communication. Depuis les casquettes des cadeaux high-tech, en passant par les mugs, les clés USB, les sacs de toile et les incontournables stylos et crayons où figurent le logo et le nom de la marque, les goodies apparaissent aujourd'hui indispensables.

 

En effet, offrir des goodies lors d'un événement, que ce soit un salon professionnel, une soirée d'entreprise ou encore une conférence, un réel effet positif en termes de visibilité et de notoriété pour la marque. Jet publicitaire permet de mettre en avant l'objet visuel de l'entreprise tout en présentant un avantage non négligeable : la durabilité.

 

Les goodies permettent de diffuser une image de marque depuis un événement d'entreprise jusqu'au bureau voire jusqu'au domicile : 77% des personnes conservent les goodies pendant une longue période (5 ans au moins) et 75% se rappellent de la marque[1].

 

C'est donc un moyen efficace de marquer les esprits et de fidéliser les clients ou les employés sur une longue durée.

 

En tant qu’outils promotionnels, les goodies arrivent donc en haut de la liste grâce à leur originalité, leur longévité et leur rentabilité par rapport à des médias de communication plus classiques. Cependant, et malgré cette popularité, les goodies sont généralement perçus négativement et ont une mauvaise image en terme d’éthique et d’éco-responsabilité.

 

Les goodies sont critiqués sur plusieurs aspects :

  • D’abord, ils sont perçus comme des objets de qualité moindre ayant une durée de vie limitée et étant fabriqués à faible coût à l’autre bout du monde. Cela induit donc un impact social considérable, concernant notamment les conditions de travail de la main d’œuvre.
  • L’impact environnemental est tout autant important puisque la fabrication et le transport de ces goodies sont synonymes de pollution.
  • Enfin, ils sont généralement considérés comme inutiles et peu originaux et sont donc destinés à être perdus ou rapidement jetés.

 

Ces critiques peuvent donc avoir un fort impact sur une marque en terme d’image. Le Tour de France en a pâti en 2019 alors que six ONG et 34 députés dénonçait les "18 millions de goodies jetés dans la nature"[2].

 

Les goodies classiques sont donc vivement critiqués et peuvent même nuire à l’entreprise.

 

Comment dépasser le modèle classique des goodies ?

L’utilisation de goodies est ancrée dans les habitudes du monde de l’entreprise. La solution ne serait donc pas de condamner cette pratique mais plutôt d’innover et de la transformer pour lui donner du sens.

 

La montée de la conscience concernant l’enjeu environnemental et l’urgence climatique est un facteur majeur de ce changement dans la mesure où "85% des français apportent une attention particulière à l’aspect écologique des objets publicitaires et 87% à l’aspect éthique"[3].

 

Un chemin se trace donc vers des goodies plus éthiques et éco-responsables.

 

Cette transformation permettrait aux marques de répondre aux enjeux et critiques évoqués auparavant. Par exemple, le Made in France aurait un impact positif sur la qualité perçue des goodies. Cela permettrait aussi de mettre en avant les valeurs de l’entreprise, notamment sur les questions environnementales, en faisant attention aux matières utilisées et en privilégiant les objets recyclés ou biodégradables et l’économie circulaire. In fine, l’entreprise pourra jouir d’une amélioration de son image avec des goodies originaux qui ont du sens et qui sont en accord avec ses engagements.

 

Des pailles réutilisables, un bloc-notes et des crayons en matériaux recyclés ou encore une brosse à dents et une règle en bambou sont une infime partie des goodies plus éthiques et responsables que l’on pourrait imaginer. De manière encore plus originale, des petits arbres en pot à placer sur un bureau ou une carte de voeux biodégradable avec des semences incorporées peuvent être des idées originales et donc marquantes pour les clients ou employés.

 

Le problème de ces alternatives éco-responsable ? Elles demandent un budget plus élevé que les goodies classiques. Cependant, cette contrainte n’est pas insurmontable. Alors que les goodies classiques sont associés à la surproduction et la surconsommation, pourquoi ne pas réduire le nombre de goodies offerts tout en cherchant à augmenter l’engagement en organisant des jeux concours ou des tirages au sort pour les gagner par exemple. En bref, passer à une distribution de goodies où la qualité prône sur la quantité.

 

goodies écologiques

 

Allons encore plus loin : le passage à des événements sans goodies est-il possible ?

Si les goodies restent des marqueurs indispensables pour une entreprise auprès de ses clients ou de son personnel, on essaie toutefois s’en détacher.

 

Par exemple, le cabinet de recrutement Externatic, a décidé de ne plus offrir de goodies lors de ses évènements. À la place, il s’est lancé dans une « bonne action » pour promouvoir la protection de l’environnement. Implanté à Nantes, Rennes et Bordeaux et étant donc proche de l’Atlantique, Externatic supporte financièrement The Sea Cleaners, une association visant à ramasser les macro-plastiques à l’aide d’un bateau nettoyer d’océans. Les clients du cabinet peuvent être partenaires et associés à ces dons. L’entreprise témoigne que, pour elle, "c’est un engagement moral de notre part qui est valorisant et qui nous permet de plus de nous différencier de nos concurrents"[4].

 

Concernant la distribution de goodies, l’éventail des choix est donc large. Sans forcément tout arrêter, des alternatives au modèle classique existent. Malgré un coût pouvant apparaître plus élevé pour des goodies éco-responsables, les retombées positives sont fortes et bénéfiques pour l’image de la marque. Passer à une communication et un marketing sans goodies est également possible et dans ce domaine, à l’instar de l’exemple donné ci-dessus, les alternatives possibles restent à inventer.

 

[1]  étude CSA Research / 2FPCO du 18 juillet 2017.

[2]  Article "Bientôt la fin des cadeaux et goodies au Tour de France ?", L'Union, 01/07/2019.

[3]  étude CSA Research / 2FPCO du 18 juillet 2017.

[4]  Pourquoi avons-nous décidé d'arrêter les goodies ?, Externatic, 30/01/2019.

Sources photo : Conçu par Freepik


Partagez

Articles similaires

Votre adresse a bien été enregistrée !